REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

ROUSSEAU DU CONTRAT SOCIAL AU TOTALITARISME.

 

Jean-Jacques Rousseau a fortement influencé les Lumières et les révolutionnaires de la Révolution Française à aujourd'hui. Il commença à s'intéresser à la politique lors d'un séjour à Venise, comme secrétaire de l'ambassadeur de France, en 1743-1744. Il a alors l'occasion d'étudier les institutions millénaire de la Sérénissime. Sa réflexion se précise dans Le discours sur l'origine et les fondement de l'inégalité parmi les hommes (1755) où il émet l'hypothèse qu'à l'état de nature, les hommes sont libres et égaux, et que c'est la "culture" qui va les pervertir, et notamment la propriété, qui va générer inégalité et corruption des âmes.

Pour résoudre ce dilemme, il faut trouver une juste organisation politique qu'il exposa dans Le contrat social, 5 ans plus tard. Pour le genevois, c'est la soumission des individus à la souveraineté populaire qui est la clé de la future construction politique. L'intérêt général prime sur les intérêts individuels et les citoyens doivent se soumettre à la volonté générale. La liberté n'est pas de faire ce que l'on veut, en suivant son bon plaisir, mais se soumettre à la loi, faisant de l'homme un citoyen. Jusque-là, tout va bien, mais dans le chapitre V du livre, intitulé "Du droit de vie et de mort", Rousseau écrit que les contractants du pacte doivent accepter d'être condamné à mort si leur action menace la sécurité de la collectivité. Une idée que certains révolutionnaires reprendront bien volontiers à leur compte !  

Le corollaire de ce nouveau système politique est la bonne éducation pour transformer les hommes en citoyens responsables, Rousseau y pourvoira dans L'Emile ou de l'éducation où il exposa son idéal éducatif qui se rapprochait de l'idéal spartiate ! L'homme nouveau devra être humble, travailleur, courageux, détestant l'argent et le commerce, fuir les villes pour la campagne et préférera la travail manuel aux spéculations intellectuelles.

Mais pour Michel Onfray, dans son livre Décadence (Flammarion, 3017) ce n'est pas vraiment le Contrat social ou L'Emile qui posent problème, c'est plutôt les idées de Rousseau exposées dans le Discours sur les sciences et les arts (1750). Curieusement, cet esprit éclairé se montre assez obscurantiste, stigmatisant les sciences et les arts comme corrompant les moeurs, éloignant les hommes de la vertu et des qualités guerrières ! Il est nostalgique d'un âge d'or primitif où les hommes étaient sains, travailleurs, ignorants et simples, dans le bon sens du terme ! Si Voltaire admirait Athènes, Rousseau vante les mérites de Sparte, cité idéale où les vertus guerrières étaient la norme , où l'individu n'était rien et la collectivité tout, même si Sparte fut certainement le premier régime totalitaire de l'histoire universelle !
Pour Onfray, Rousseau est donc un précurseur des régimes totalitaires qui ont ensanglanté les 2 siècles suivants !

 




05/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres