REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

Les deux guerres du Golfe.

I.La Première guerre du Golfe (1990-1991).

 

L'Irak et les pays limitrophes.

 


 (Source: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ef/Iraq_carte.png)

 

1°) Les causes.

 

 

A°) L'Irak, un pays très endetté.

 

 

De 1980 à 1988, l'Irak de Saddam Hussein et l'Iran de l'Ayatollah Khomeini, se sont livrés à une guerre sans merci qui a ruiné l'économie irakienne. Les irakiens ont été obligés, pour financer la guerre et acheter des armes de s'endetter auprès des états du Golfe, l'Arabie Saoudite et le Koweit, deux pays sunnites qui soutenaient la guerre contre les chiites iraniens.

 

 

B°) La colère irakienne contre le Koweit et l'Arabie Saoudite.

 

A la fin de la guerre contre l'Iran, en 1988, l'économie irakienne est exsangue. La guerre a fait monter les prix du pétrole ce qui a servi les intérêts des pays de l'OPEP et notamment ceux de l'Arabie Saoudite et du Koweit. L'Irak, lourdement endetté envers ses deux pays, demanda l'annulation de cette dette, proposition qui fut rejetée. Le 2 août 1990, pour résoudre l'impasse financière dans laquelle il se trouvait, Saddam Hussein fit envahir, par son armée, le Koweit, qui fut aisément conquis.


 (Source: http://www.live2times.com/imgupload/event/10681/071010124712/normal/lirak-de-saddam-hussein-evahit-le-koweit-9782713019807fs-.gif)

 

2°) L'intervention militaire contre l'Irak.

 

 

A°) Le Moyen-Orient, fournisseur du pétrole mondial.

 

 

La production de pétrole dans le Monde en 1990.  

 


 

Le Moyen-Orient est une zone stratégique majeure, pour les pays occidentaux, en 1990, car il est le premier producteur et exportateur du pétrole mondial. L'invasion du Koweit par l'Irak, menaçait la stabilité des prix du barril de pétrole, et le premier producteur mondial de pétrole, l'Arabie Saoudite, se sentit menacé par l'Irak de Saddam.

 

 

B°) L'opération Tempête du désert.

 

 

Le 29 novembre 1990, devant l'épuisement des solutions diplomatiques pour que l'Irak retira ses troupes du Koweit, le Conseil de Sécurité de l'ONU légitima le recours à la force contre l'Irak par le vote de la résolution 678 qui fixait un ultimatum à Saddam Hussein, qui devait évacuer le Koweit avant le 15 janvier 1991. L'URSS, en pleine déliquescence, qui disparaîtra l'année suivante, ne mit pas son veto à la future intervention. Le 16 janvier 1991, alors que la situation n'avait pas bougé, une coalition de 34 pays, dirigée par les USA attaqua l'Irak

 

En un mois, la garde républicaine, troupe d'élite de l'armée irakienne va être balayée et le 26 février 1991, Saddam Hussein annonça qu'il retirait ses troupes du Koweit. L'offensive des troupes onusiennes s'arrêta deux jours après.

 

 

 II.La deuxième guerre du Golfe.

 

 

A°) L'Irak isolé (1991-2003).

 

 

Après la première du Golfe, l'Irak est soumis à un embargo total, à cause de la répression qui toucha les kurdes et les chiites irakiens. Cet embargo toucha surtout la population civile irakienne et non les dirigeants du régime. Saddam et sa clique mirent en coupe réglée le pays et s'enrichirent sur le dos du peuple.

 

B°) Le choc des attentats du 11 septembre 2001.

 

 

Le 11 septembre 2001, 4 avions sont détournés dans le ciel américain. 2 vont frapper les deux tours jumelles du World Trade Center, un autre percuta le Pentagone, le dernier s'écrasera en Pensylvannie. Ces attentats feront 3000 morts aux USA, plus que l'attaque japonaise à Pearl-Harbor. Le Président George W.Bush va alors lancer sa guerre contre le terrorisme, pour punir les commanditaires des attentats, 

 


(Source: http://www.enduringamerica.com/storage/TERRORISM%20MONTAGE.gif?__SQUARESPACE_CACHEVERSION=1290050243982)

 

dont Oussama Ben Laden et son réseau terroriste Al-Qaida, qui étaient protégés par le régime du mollah Omar, en Afghanistan.

 

 

C°) La deuxième guerre du Golfe.

 

 

En octobre 2001, l'Afghanistan est envahi par les forces onusiennes commandées par les américains.

Mais le secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld, homme fort de l'après-11 septembre, voulait aller plus loin. Il soupçonnait le dictateur irakien d'avoir pactisé avec Ben Laden suivant le principe que « l'ennemi de mon ennemi est mon ami ». De plus, l'invasion de l'Irak aurait pour conséquence d'augmenter la production de pétrole, par un pays soumis à un embargo, et donc de faire baisser le prix du baril.

Le 28 janvier 2003, George W.Bush annonça qu'il détenait les preuves (ce qui n'était pas vrai) que Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massives et qu'il était lié au mouvement terroriste Al-Qaida. Le monde était alors divisé quant au recours à la force contre l'Irak. Les USA et les anglais étaient pour une guerre alors que les français, les russes et les allemands privilégiaient une solution diplomatique.

En février 2003, des millions de manifestants défilèrent, dans le monde entier, contre la guerre.

 

Le 19 mars 2003, les américains et leurs alliés anglo-saxons, envahissaient l'Irak sans le soutien de la communauté internationale. Devant la supériorité numérique des forces américaines, l'armée irakienne s'effondra rapidement et Bagdad fut investie. Le 15 avril 2003, George W.Bush annonçait la victoire et la fin des combats.

L'occupation du sol irakien ne fut pas un long fleuve tranquille pour les forces d'invasion. Des scandales éclatèrent comme la pratique de la torture, à la prison d'Abou Ghraib, ou l'utilisation des mercenaires de la société Blackwater, par la coalition. Toutefois, fin 2011, les troupes américaines se sont retirées du pays.

 

 

III.Les conséquences des conflits irakiens.

 

 

A°) La fin d'une dictature, la fragilité du nouveau régime.

 

 

Saddam Hussein fut capturé, jugé et exécuté le 30 décembre 2006. Arrivé à la tête du pays en 1979, après un coup de force, il fut, dans un premier temps, soutenu par l'Occident, contre l'Iran, malgré son régime de terreur, avant de se mettre la communauté internationale à dos, après son invasion du Koweit, en 1990.

Le nouveau régime est désormais démocratique, avec les dernières élections législatives qui ont eu lieu en 2010. Mais l'équilibre reste fragile entre les différentes communautés chiite, sunnite et kurde qui ont été montées les unes contre les autres par la politique ultra-répressive de Saddam et qui menacent de faire éclater le pays !

 

 

B°) La reprise de la production de pétrole.

 

 

En 2012, la production de pétrole irakienne, avec 3,3 millions de barils/jour, a retrouvé sa production d'il y a 20 ans. Troisième exportateur mondial d'or noir, le pays est assis sur des gigantesques ressources de pétrole.

 

 


(Source: http://www.lexpress.fr/medias/1914/980099_petrole-irak.jpg)

 

Le comble de l'histoire, c'est que les 4 plus gros gisements de pétrole d'Irak, Roumalia, Kirkouk, Kourna-Ouest et Al-Zaoubair, ne sont pas exploités par des compagnies américaines, mais par la Irak Petroleum Company, par le hollandais Shell, et par les chinois de China National Petroleum !

Et le pays qui semble le grand vainqueur de la guerre américaine en Irak semble être la ...Turquie !!



23/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres