REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

PROGRAMME TERMINALE BAC PRO.


PARIS, VILLE MONDIALE.

 

PARIS, capitale de la France, est au centre d'une aire urbaine de 12 millions d'habitants (2,2 millions dans Paris "intra muros"). Elle concentre des fonctions politique, économique, culturelle, qui en font une cité au rayonnement international.

 

I. Paris, centre politique national et international.

 

A°) Centre du pouvoir politique français.

 

Les principaux acteurs politiques nationaux, le président, à l'Elysée, le premier ministre, à Matignon, l'Assemblée Nationale et le Sénat sont localisés dans la capitale.

 

B°) Les institutions internationales.

 

De nombreuses organisations internationales ont leur siège à Paris, notamment l'UNESCO et Interpol.

 

II.Paris, centre économique et financier.

 

A°) 30 % du PIB de la France.

 

La capitale et son aire urbaine produit 30 % de la richesse intérieure de la France.

La principale activité reste l'industrie du tourisme et des loisirs.

Le secteur culturel et médiatique est très important et concentre les 3/4 des intermittents du spectacle français.

 

B°) La Défense, quartier des affaires.

 

Le quartier de la Défense, quartier des affaires, concentre les sièges sociaux des multinationales mondiales.

 

III.La ville la plus visitée au monde.

 

Avec plus de 30 millions de visites par an, Paris est la première ville touristique au monde. 

Pour acheminer toutes ces personnes, la région parisienne dispose de deux aéroports dont Roissy-Charles-de-Gaulle, 2eme aéroport européen,  qui a vu transité 62 millions de passagers en 2013.

Des lignes TGV relient la capitale française à Londres et à toutes les grandes villes françaises.

 

A°) Un patrimoine culturel et architectural exceptionnel.

 

La Tour Eiffel, les Invalides, Notre-Dame-de-Paris, la place de la Concorde, les quais de Seine, sont des édifices connus dans le monde entier et qui attirent de nombreux touristes.

Le Louvre, premier musée du monde, avec plus de 8 millions de visiteurs, le Musée d'Orsay, et beaucoup d'autres musées maillent la ville.

 

B°) Une ville de spectacle.

 

Paris concentre de nombreuses salles de spectacle et des équipements sportifs, comme le Stade de France, qui permet le déroulement de manifestations internationales, sans oublier le parc EuroDisney et ses 6,5 millions de touristes annuel.


04/11/2014
0 Poster un commentaire

LES MUTATIONS DE L'INDUSTRIE FRANCAISE.

Programme: Les transformations de l'espace productif et décisionnel.

 

 

(Source)

 

I. La crise des vieilles régions industrielles françaises.

 

Les industries traditionnelles sont des industries comme le textile, la sidérurgie (= production d'acier), les constructions mécaniques (= usines automobiles), les activités d'extraction comme les mines de charbon. Le Nord-Pas-de-Calais est une région qui concentrait beaucoup d'industries traditionnelles puisqu'elle disposait de gisements importants de charbon, qui était un facteur de localisation pour les autres industries, grandes consommatrices d'énergie.

Dans la région PACA, la mine de  Gardanne/Biver alimentait des usines marseillaises en charbon.

Mais dans les années 70, la concurrence mondiale a généré beaucoup de fermeture d'usines, notamment dans le textile, la sidérurgie, l'automobile (à l'image de l'usine Renault à Boulogne-Billancourt, qui avait employé 30 000 salariés qui a fermé en 1992) et des mines, trop coûteuses, ont fermé, laissant un paysage de friches industrielles (= usines, entrepôts abandonnés), comme une cicatrice sur le paysage. La production s'est délocalisée dans les pays en voie de développement qui avaient une main d'oeuvre bon marché.

De 5,5 millions d'ouvriers, au milieu des années 70 à 3,2 millions aujourd'hui, la France a perdu près de 2 millions d'emplois dans l'industrie depuis 40 ans.

 

                       Emploi Industriel en France.

 


 

II La reconversion industrielle et les nouveaux espaces productifs.

 

1°) L'importance de l'île de France.

L'île de France et Paris concentre 15 % de l'emploi industriel français, avec de nombreux centres de recherche. Ensuite vient Rhône-Alpes (Lyon, Grenoble).

 

2°) Le dynamisme du sud de la France.

 


 

(Source)

 

Le sud de la France, peu industriel dans le passé, concentre des activités industrielles de recherche et d'innovation, comme à Sophia-Antipolis ou à Château-Gombert, à Marseille. Airbus s'est installé à Toulouse. Le projet ITER, sur la fusion nucléaire, est localisé sur le centre de recherche nucléaire de Cadarache, près de Manosque.

Les technopôles ou parcs technologiques se développent dans les zones périurbaines (=autour de la ville) et mélangent centre de recherches et universités.

Une loi de 2005 a les pôles de compétitivité, qui associent entreprises, centre de recherches et centre de formation et qui bénéficient des aides de l'Etat.

 

3°) Les nouveaux facteurs de localisation.

 

Anciennement, les usines se localisaient près des sources d'énergie, mines de charbon, barrage hydro-électrique (la vallée de l'aluminium, en Savoie).

Aujourd'hui, les centrales nucléaires (qui emploient 40 000 personnes) permettent une bonne distribution de l'énergie sur le territoire français et l'énergie n'est plus un facteur de localisation.

Désormais, les usines s'installent près des littoraux pour se rapprocher des zones portuaires, comme l'usine sidérurgique Solmer, à Fos-sur-Mer.

La proximité d'une métropole est aussi souhaitable, cette dernière fournissant des infrastructures de transports (aéroport, gare TGV, autoroute) et une main d'oeuvre qualifiée.

Enfin, le cadre de vie est devenu un facteur déterminant pour des industries de recherche qui emploient des ingénieurs et des chercheurs. Le sud de la France, ensoleillé et bénéficiant de la mer et de la montagne étant une destination appréciée, pour travailler.

 

Conclusion:

 

L'industrie française a connu des mutations considérables depuis 40 ans puisque les industries traditionnelles (sidérurgie, textile, mines, constructions mécaniques) ont périclité (= décliné), entraînant une chute de l'emploi industriel et des fermetures d'usines, massives dans certaines régions comme le Nord-Pas-de-Calais. Si la région parisienne et Rhône-Alpes sont toujours les deux premières régions industrielles françaises, le Sud de la France, par sa qualité de vie, ses littoraux, a attiré des activités de recherche et des industries de haute-technologie. Mais l'industrie française reste toujours soumise à la concurrence mondiale, et les délocalisations continuent (la Silicon Valley provençale, à Rousset, spécialisée dans la micro-informatique connaît une crise sans précédent), malgré une volonté étatique d'aider l'industrie via les pôles de compétitivité.

Testez-vous en répondant à ce QUIZZ.

 


 


09/06/2014
0 Poster un commentaire

LES DYNAMIQUES DE LA POPULATION FRANCAISE.

Programme : La France dans l'Union Européenne: La population française.

 

Le 1er janvier 2014, le nombre de personnes habitant  la France est estimé à 66 millions dont 64 millions en Métropole et 2 millions dans les Département d'Outre-Mer. 

I.Les espaces peuplés.

1°) Paris, Lyon, Marseille.

L'île de France, avec Paris, avec près de 12 millions d'habitants, concentre près d'1/5 de la population métropolitaine. Rhône-Alpes (Lyon) avec 6 millions d'habitants et la région PACA (Marseille) avec 5 millions sont aussi deux régions très peuplés. Les trois régions concentrent 1/3 de la population métropolitaine.

 

2°) La métropolisation: 8 français sur 10 vivent en ville.

 

3°) La littoralisation, des espaces attractifs.

Comme dans beaucoup de pays à travers le monde, les littoraux sont des régions qui attirent des touristes, mais aussi des entreprises, car la proximité d'un port peut-être un facteur de localisation intéressant.

 

II.Les espaces peu peuplés.

Il se trouve sur une "diagonale du vide" reliant la Meuse, dans le nord-est au Landes, dans le sud-ouest, en passant par le centre de la France (Auvergne, Limousin), qui est un vrai désert démographique.

 

                             La diagonale du vide (entre la zone en pointillé)

 


 (Source: wikipedia)

 

Testez vos connaissances en répondant à ce QUIZZ.

 


02/06/2014
0 Poster un commentaire

MARSEILLE, LE RENOUVEAU D'UNE VILLE EN CRISE.

 

SUJET D'ETUDE : Les transformations de l'espace productif et décisionnel.

SITUATION: Une métropole : Marseille.

 

La Tour CMA-CGM, édifiée sur les quais de la Joliette entre 2006-2010 symbolise ce renouveau marseillais qui s'est concrétisé par l'année 2013, avec Marseille-Provence, capitale européenne de la culture en 2013.

La cité phocéenne a connu des transformations de son espace productif depuis un siècle qui ont transfiguré la ville.

 

I. Marseille, du dynamisme économique à la crise.

 

1°) Le dynamisme économique du début du 20eme siècle.

Au début du 20eme siècle, l'industrie marseillaise était dynamique avec les tuileries du bassin argileux de Séon, les usines chimiques de l'Estaque et de Saint-Marcel, les savonneries et les activités portuaires surtout vers les colonies. L'extension du port dans le quartier de la Joliette fut le symbole de ce dynamisme.

Cet essor industriel fit passer la population de la ville de 300 000 habitants, en 1870 à 900 000 en 1940 dont de nombreux immigrés italiens et espagnols qui ont fait souche dans les quartiers nord de Marseille.

 

2°) La décolonisation et le déclin du complexe industrialo-portuaire marseillais.

Les colonies d'Afrique étaient un débouché naturel pour les produits marseillais et la décolonisation va frapper de plein fouet l'industrie et le port de Marseille. La concurrence mondiale et les délocalisations débouchèrent sur des fermetures d'usines, comme les usines chimiques Pechiney-Kuhlman, à l'Estaque ou les savonneries et autres huileries.

Sur le port, des entrepôts vont être abandonnés, faute d'activité et la cité va se peupler de "friches industrielles".

Ce déclin économique va se traduire par une baisse de la population, qui passa de 900 000 habitants en 1940 à 850 000 en 2010.

 

3°) L'échec relatif du complexe portuaire Marseille-Fos.

 

Dans les années 60, les activités portuaires croissantes, notamment la réception des produits pétroliers et gaziers vont faire étendre le port sur le Golfe de Fos-sur-Mer. Aujourd'hui, le port autonome de Marseille s'étend sur 70 kilomètres de côtes, de Marseille jusqu'à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

L'extension du port va s'accompagner de l'implantation de nouvelles industries, comme la sidérurgie, avec l'implantation du complexe industriel Solmer, à Fos-sur-Mer, aujourd'hui Arcelor Mittal et toute une série de raffineries, autour de l'Etang-de-Berre. Mais la concurrence mondiale, aujourd'hui, s'est traduite par des fermetures de raffineries et des licenciements.

Il n'en reste pas moins que Grand  port maritime de Marseille fait travailler près de 41 000 personnes et reste le 3eme port mondial.

4°) La crise sociale et la dégradation du tissu urbain.

A Marseille, dans les années 2010, 1/3 de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les quartiers sud sont plutôt aisés alors que les quartiers nord et ouest sont paupérisés (= pauvres). Comptant un habitant sur 2 d'origine immigrée et plus de 10 % de sa population constituée d'étrangers, Marseille, avec la crise, a du mal à intégrer ces populations fragilisées.

 

II. Euromediterranée, le renouveau de Marseille.

Il passe par la réhabilitation du quartier de la Joliette en espace tertiaire et culturel mais aussi par des industries de haute-technologie de la technopole de Château-Gombert.

1°) Réhabiliter le quartier du port.

En 1995, fut lancé le projet Euroméditerranée, pour réhabiliter le quartier portuaire de la Joliette, alors peuplé de friches industrielles. 480 hectares vont être réhabilités comme la transformation des Docks en espace de bureau, la rénovation du silo en salle de spectacle, les constructions de la tour CMA et du MUCEM, la réhabilitation du Fort Saint-Jean, la piétonnisation du Vieux-Port.

 

                    Le Projet Euroméditerranée.


                          (Source: La Provence)

La politique culturelle a connu un grand succès, puisque la fréquentation des 10 musées marseillais est passée de 200 000 en 2000 à 1,6 millions pour le seul MUCEM, en 2013.

 

2°) La Technopôle de Château-Gombert.

Dans ce quartier de Marseille, le 13eme, près d'Allauch, est désormais concentré un pôle universitaire scientifique et des industries axées sur les nouvelles technologies.

3°) Marseille, ville touristique.

La rénovation du quartier de la Joliette, des 10 musées marseillais, la création du MUCEM, ont attiré beaucoup de touristes et de croisiéristes. L'année 2013, avec 1,1 millions de croisiéristes, a été un bon crue.

La cité phocéenne a aussi agrandi ses ports de plaisance, et la zone de Marseille Provence Métropole offre 8 400 anneaux.

Des quartiers marseillais ont aussi fait des efforts, comme celui de l'Estaque, avec la création de la base nautique de Corbières tout en développent l'offre culturelle, comme le musée Monticelli.

Le stade Vélodrome a aussi été rénové selon les standards les plus modernes.

4°) La réhabilitation urbaine.

Au niveau de la circulation, l'autoroute du Littoral et le tunnel Prado-Carénage ont oxygéné la ville au bord de l'asphyxie et la création d'un tramway a facilité les déplacements dans la cité.

Au-delà du projet Euroméditerranée et de la rénovation du quartier de la Joliette, un plan pour réhabiliter 14 quartiers a été décidé dans le cadre du projet "Marseille, Rénovation Urbaine".


18/05/2014
0 Poster un commentaire

DETROIT, ANATOMIE D'UN DECLIN.

 

(Source: Détroit, ville à Vendre article de Pap Ndiaye, dans L'Histoire, N°394, décembre 2013, p.38-39).

 

Un QUIZZ pour savoir si vous connaissez cette ville.

 

Le 18 juillet 2013, Détroit, dans le Michigan, est devenue la plus grande ville américaine à se déclarer officiellement en faillite, étranglée par une dette d'au moins 18 milliards de $. Nous allons expliqué les causes de cette faillite en étudiant l'histoire de la ville.

 

I. Détroit, ville stratégique.

La ville est fondée par les français, en 1701, dans la Nouvelle-France, territoire français en Amérique du Nord. La cité a une position stratégique, sur les Grands Lacs,

 


qui deviendront la frontière entre le futur Canada et les Etats-Unis d'Amérique.

Bénéficiant de cette position idéale, la ville va développer, au 19eme siècle, des activités marchandes et industrielles en profitant de son statut de ville-frontière. La ville comptait 21 000 habitants en 1850, 286 000 en 1900, soit une population X 14 en 50 ans, preuve du dynamisme de la cité du Michigan.

 

II. Détroit, ville de l'automobile.

 

En 1903, Henry Ford fonda à Détroit la Ford Motor Company qui va produire, dès 1908, la célèbre Ford T, première automobile produite selon des méthodes nouvelles dites "fordistes", basées sur la production de pièces standardisées produites en grande série ce qui permettait de réduire les coûts de fabrication et de vente.

 


 (Ford T)

La production à la chaîne, en 1913, va permettre une productivité record, avec une Ford T sortant toutes les 20 secondes de l'usine de Détroit. Des gigantesques usines, comme le complexe "Ford River Rouge" concentraient des milliers d'ouvriers.

 


Rapidement, les autres grands constructeurs d'automobile américains, comme General Motors et Chrysler, vont s'installer dans le sillage de Ford à Détroit, qui firent de la cité du Michigan la capitale de l'automobile mondiale.

La ville ayant besoin de beaucoup de main d'oeuvre, attira des centaines de milliers de travailleurs et la population urbaine passa de 1 million d'habitants en 1920 à 2 millions au début des années 50.

 

III.Le déclin de Détroit.

 

1°) Le lent appauvrissement de la ville.

 

A partir des années 40, les industriels cherchaient de la main d'oeuvre bon marché pour trouver leurs usines, et beaucoup de noirs, fuyant les états ségrégationnistes (= racistes) du Sud des Etats-Unis, vinrent s'installer dans la ville, travaillant pour des salaires inférieurs aux ouvriers blancs. Cette nouvelle population pauvre commença à investir le centre-ville et fit partir vers les banlieues les familles blanches, mouvement appelé le "white flight" qui se passa dans toutes les villes américaines, à partir des années 50. Le centre-ville se paupérisa (= s'appauvrit) lentement, avec le remplacement d'une population blanche aisée par une population noire pauvre. La municipalité de Détroit recueillait donc moins de rentrée fiscale mais les dépenses publiques étaient toujours les mêmes.

De plus, cette arrivée massive de population noire entraîna des tensions communautaires, les émeutes de 1967, fruit des rapports tendus entre la police et la communauté noire, illustra le malaise de la ville. Cette quasi-insurrection qui fit 47 morts et des milliers de blessés ne fit qu'accélérer le départ de la classe moyenne du centre-ville.

 

2°) La crise de l'automobile.

 

Mais le coup de grâce fut donné par la crise de l'automobile, qui entraîna de nombreuses fermetures d'usines dans les années 70.


 (Source : //www.telerama.fr/monde/peut-on-sauver-detroit,63724.php)

Contrairement à d'autres ville du nord-est des USA, comme New-York ou Chicago, la ville n'avait pas une économie diversifiée et dépendait trop de l'industrie automobile. Le reste de population solvable quitta alors massivement la cité du Michigan, et alors que 2 millions d'habitants habitaient la ville, en 1950, il n'en reste plus que 700 000 aujourd'hui !

 


 

Le symbole du déclin de Detroit, fut le déménagement de la mythique compagnie de disque Motown, spécialisée dans la musique noire (Soul et R'n'B) de la ville du Michigan vers Los Angeles.

C'est cette crise qu'a évoqué le rappeur Eminem, originaire de Détroit, qui narra le chômage de son père, viré de son usine automobile, et sa jeunesse dans un milieu violent et dévasté ! Désormais, la population de Détroit est composé de 82 % de noirs, les usines ont fermé, les prix de l'immobilier se sont effondrés, les services publics ne sont plus assurés et le centre-ville est en ruine, dominé par les trafiquants de drogue, ce qui a valu à la ville d'être le sujet d'un film : "Détroit, ville sauvage", en 2011.

 


 

Même les ruines deviennent des attractions touristiques !

 



08/03/2014
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser