REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

REVISER L\'HISTOIRE-GEOGRAPHIE ET L\'ECJS.

MARSEILLE, LE RENOUVEAU D'UNE VILLE EN CRISE.

 

SUJET D'ETUDE : Les transformations de l'espace productif et décisionnel.

SITUATION: Une métropole : Marseille.

 

La Tour CMA-CGM, édifiée sur les quais de la Joliette entre 2006-2010 symbolise ce renouveau marseillais qui s'est concrétisé par l'année 2013, avec Marseille-Provence, capitale européenne de la culture en 2013.

La cité phocéenne a connu des transformations de son espace productif depuis un siècle qui ont transfiguré la ville.

 

I. Marseille, du dynamisme économique à la crise.

 

1°) Le dynamisme économique du début du 20eme siècle.

Au début du 20eme siècle, l'industrie marseillaise était dynamique avec les tuileries du bassin argileux de Séon, les usines chimiques de l'Estaque et de Saint-Marcel, les savonneries et les activités portuaires surtout vers les colonies. L'extension du port dans le quartier de la Joliette fut le symbole de ce dynamisme.

Cet essor industriel fit passer la population de la ville de 300 000 habitants, en 1870 à 900 000 en 1940 dont de nombreux immigrés italiens et espagnols qui ont fait souche dans les quartiers nord de Marseille.

 

2°) La décolonisation et le déclin du complexe industrialo-portuaire marseillais.

Les colonies d'Afrique étaient un débouché naturel pour les produits marseillais et la décolonisation va frapper de plein fouet l'industrie et le port de Marseille. La concurrence mondiale et les délocalisations débouchèrent sur des fermetures d'usines, comme les usines chimiques Pechiney-Kuhlman, à l'Estaque ou les savonneries et autres huileries.

Sur le port, des entrepôts vont être abandonnés, faute d'activité et la cité va se peupler de "friches industrielles".

Ce déclin économique va se traduire par une baisse de la population, qui passa de 900 000 habitants en 1940 à 850 000 en 2010.

 

3°) L'échec relatif du complexe portuaire Marseille-Fos.

 

Dans les années 60, les activités portuaires croissantes, notamment la réception des produits pétroliers et gaziers vont faire étendre le port sur le Golfe de Fos-sur-Mer. Aujourd'hui, le port autonome de Marseille s'étend sur 70 kilomètres de côtes, de Marseille jusqu'à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

L'extension du port va s'accompagner de l'implantation de nouvelles industries, comme la sidérurgie, avec l'implantation du complexe industriel Solmer, à Fos-sur-Mer, aujourd'hui Arcelor Mittal et toute une série de raffineries, autour de l'Etang-de-Berre. Mais la concurrence mondiale, aujourd'hui, s'est traduite par des fermetures de raffineries et des licenciements.

Il n'en reste pas moins que Grand  port maritime de Marseille fait travailler près de 41 000 personnes et reste le 3eme port mondial.

4°) La crise sociale et la dégradation du tissu urbain.

A Marseille, dans les années 2010, 1/3 de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les quartiers sud sont plutôt aisés alors que les quartiers nord et ouest sont paupérisés (= pauvres). Comptant un habitant sur 2 d'origine immigrée et plus de 10 % de sa population constituée d'étrangers, Marseille, avec la crise, a du mal à intégrer ces populations fragilisées.

 

II. Euromediterranée, le renouveau de Marseille.

Il passe par la réhabilitation du quartier de la Joliette en espace tertiaire et culturel mais aussi par des industries de haute-technologie de la technopole de Château-Gombert.

1°) Réhabiliter le quartier du port.

En 1995, fut lancé le projet Euroméditerranée, pour réhabiliter le quartier portuaire de la Joliette, alors peuplé de friches industrielles. 480 hectares vont être réhabilités comme la transformation des Docks en espace de bureau, la rénovation du silo en salle de spectacle, les constructions de la tour CMA et du MUCEM, la réhabilitation du Fort Saint-Jean, la piétonnisation du Vieux-Port.

 

                    Le Projet Euroméditerranée.


                          (Source: La Provence)

La politique culturelle a connu un grand succès, puisque la fréquentation des 10 musées marseillais est passée de 200 000 en 2000 à 1,6 millions pour le seul MUCEM, en 2013.

 

2°) La Technopôle de Château-Gombert.

Dans ce quartier de Marseille, le 13eme, près d'Allauch, est désormais concentré un pôle universitaire scientifique et des industries axées sur les nouvelles technologies.

3°) Marseille, ville touristique.

La rénovation du quartier de la Joliette, des 10 musées marseillais, la création du MUCEM, ont attiré beaucoup de touristes et de croisiéristes. L'année 2013, avec 1,1 millions de croisiéristes, a été un bon crue.

La cité phocéenne a aussi agrandi ses ports de plaisance, et la zone de Marseille Provence Métropole offre 8 400 anneaux.

Des quartiers marseillais ont aussi fait des efforts, comme celui de l'Estaque, avec la création de la base nautique de Corbières tout en développent l'offre culturelle, comme le musée Monticelli.

Le stade Vélodrome a aussi été rénové selon les standards les plus modernes.

4°) La réhabilitation urbaine.

Au niveau de la circulation, l'autoroute du Littoral et le tunnel Prado-Carénage ont oxygéné la ville au bord de l'asphyxie et la création d'un tramway a facilité les déplacements dans la cité.

Au-delà du projet Euroméditerranée et de la rénovation du quartier de la Joliette, un plan pour réhabiliter 14 quartiers a été décidé dans le cadre du projet "Marseille, Rénovation Urbaine".



18/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres